1. Accueil
  2. Nos actualités
  3. Une joyeuse après-midi à la Castalie

En tournée avec le « Petit Orchestre des Sens »

Les valises pleines de surprises, Chaussette, Tripp Trapp et Mamzelle se rendent régulièrement dans les institutions spécialisées. Dans le cadre du programme du « Petit Orchestre des Sens », le  sympathique trio présente un spectacle poétique et humoristique destiné aux enfants en situation de handicap. Récit d’une de leurs joyeuses visites au Centre médico-éducatif de la Castalie à Monthey.

(De g. à dr.) Tripp Trapp, Chaussette et Mamzelle se présentent aux enfants de la Castalie.
(De g. à dr.) Tripp Trapp, Chaussette et Mamzelle se présentent aux enfants de la Castalie.

Solène, Edvin, Kéliha et Sonia guettent la porte d’entrée. Ils sont impatients de découvrir le spectacle. Des pas se font entendre dans le couloir. L’éducatrice annonce l’arrivée imminente des artistes. « Tchou, tchou, tchou…». Des étoiles plein les yeux, les enfants sont émerveillés par ces drôles de personnages qui viennent d’entrer à la queue leu leu.

«Nous voilà enfin arrivés en vacances », s’exclame Tripp Trapp en déposant ses nombreuses valises au sol. « Nous nous présentons, qu’en penses-tu ?», dit-il en regardant à sa gauche sa complice, Chaussette, qui est parée d’une belle robe avec des roses et un béret rouge. Tripp Trapp lève son chapeau, le jette en l’air, fait un pas en avant et hop , le chapeau retombe sur sa tête. « Bonjour, je suis Tripp Trapp et voici Chausette et Mamzelle». 

Tripp Trapp va-t-il réussir à repositionner son chapeau correctement ?
Tripp Trapp va-t-il réussir à repositionner son chapeau correctement ?
Edvin, Kéliha et Sonia sont au premier rang pour cette représentation du Petit Orchestres des Sens à La Castalie.
Installés au premier rang, Edvin, Kéliha et Sonia sont fascinés par ce spectacle interactif haut en couleur.

De joyeuses facéties en toute sérénité

Masque vissé sur le visage, avec un petit point rouge en guise de décoration, nos trois vacanciers commencent à défaire leurs valises : ballons, raquettes, habits… Un joyeux bazar qui intrigue les enfants. Quand soudain, la pluie se met à tomber. C’est Mamzelle qui, discrètement avec son spray, simule quelques gouttes. Tripp Trapp se rappelle qu’il a pris avec lui un parapluie et commence à le chercher. Chaussette rigole et fait signe aux enfants que le parapluie est dans son dos, mais il ne s’en rend pas compte. D’humeur taquine, Mamzelle subtilise l’objet et c’est une course poursuite qui démarre. Les enfants rient aux éclats, l’ambiance est à la fête. 

La chasse au parapluie terminée, Tripp Trapp entonne une chanson à la guitare, en espagnol : «Un poquito cantas [un peu de chant], un  poquito bailas [un peu de danse], un poquito lelola, como un canario [un peu de lelola, comme un canari].» Mamzelle et Chaussette dansent en rythme, les bras levés. Les enfants les accompagnent, toujours assis sur leur chaise, en  agitant joyeusement leurs bras en l’air.

Le joyeux trio enchaîne chanson après chanson pour le plus grand bonheur des enfants.
Le joyeux trio enchaîne chanson après chanson pour le plus grand bonheur des enfants.
Tout sourire, Solène passe un excellent moment en compagnie des artistes de la Fondation.
Tout sourire, Solène passe un excellent moment en compagnie des artistes de la Fondation.

Encouragé par ce bon accueil, Tripp Trapp décide alors d’enchaîner avec une autre mélodie. Les enfants sont ravis.  Entraînée par la musique, Chaussette saute en l’air. Tout le monde est heureux, le bonheur des grands et des petits est palpable. Les éducatrices, les enfants et les artistes ont partagé un merveilleux moment. Il est l’heure de partir, Chaussette prend quelques clichés de la joyeuse bande. «Tchou, Tchou…» Les artistes quittent la pièce sous les applaudissements des enfants.

Le trio se transforme en quatuor

Il est 15h15, la joyeuse troupe se prépare pour sa seconde représentation. Mayara aura le privilège d’assister seule au spectacle. En effet, ses camarades de classe présentent une légère fièvre. Aucun risque n’est pris. Mais ce n’est que partie remise, les enfants assisteront une prochaine fois au spectacle. Mayara joue avec Rosine, son enseignante, en attendant les artistes. Quand soudain, nos trois joyeux lurons apparaissent.  La petite fille se lève et quitte la salle… Mamzelle décide alors de la suivre en lui disant : « Moi non plus je ne veux pas, je m’en vais…»  Quelle que soit la situation, les artistes adaptent toujours leur intervention en fonction des enfants. L’improvisation est un réflexe chez eux.

« Même nous les adultes, on se sent légers, malgré la situation »
Rosine Ufitabe, enseignante spécialisée à la Castalie

L’enseignante propose à Mayara de revenir dans la pièce. Pendant ce temps, le trio a défait ses valises et a commencé à jouer avec des raquettes. Cela n’intéresse toujours pas la fillette. Tripp Trapp décide alors de pousser la chansonnette, guitare à la main. D’expérience, l’artiste sait que la musique est un langage universel qui peut remédier à bien des situations. Bien vu, Mayara se laisse porter par les notes de l’instrument et commence à danser avec la joyeuse bande. 

Balade printanière

Le soleil brille à travers les fenêtres, les artistes suggèrent une promenade dans le grand parc qui abrite l’ensemble des bâtiments.  C’est une occasion de rendre visite aux autres pensionnaires, en leur faisant signe de l’extérieur. La fillette attrape une valise, accompagnée de son enseignante, et suit les artistes. Le trio se transforme en quatuor. « C’est incroyable, Mayara, reste avec vous depuis un sacré moment, alors que son attention est difficile à canaliser en temps normal », s’émerveille Rosine Ufitabe, enseignante spécialisée.

Le joyeux trio enchaîne chanson après chanson pour le plus grand bonheur des enfants.
Le joyeux quatuor se prépare pour une promenade en extérieur.

C’est une belle journée de printemps, la joyeuse troupe danse et chante en arpentant les allées fleuries de la Castalie. Intrigués par ces personnages colorés, les pensionnaires des différentes sections sortent les rejoindre devant leur bâtiment. S’ensuivent des jeux et des rires. La joie se lit sur les visages. Les enfants, les adolescents, les artistes et le personnel encadrant partagent un merveilleux moment de complicité. Le temps est comme suspendu dans cette bulle de bonheur.

  • Depuis 2015, les artistes de la Fondation se rendent deux fois par mois au Centre médico-éducatif de la Castalie à Monthey.
  • 27 institutions spécialisées bénéficient chaque mois des visites de la Fondation Théodora.
  • Plus de 2900 heures de représentations ont été effectuées par le « Petit Orchestre des Sens » depuis sa création.

Texte: Laure Silacci
Photos: Carine Roth