1. Accueil
  2. Nos actualités
  3. Théodora, la première docteure Rêves

De nombreuses organisations ont comme origine une histoire émouvante qui guide leur vision et leur mission. La Fondation Théodora n'y fait pas exception. À l’occasion de cette année anniversaire, nous vous proposons un voyage dans le passé à la découverte de celle qui a été la source d'inspiration de la Fondation: Théodora Poulie.

Nous sommes le 20 avril 1930 : Théodora Van’t Noordende voit le jour à Amsterdam. Elle grandit avec
trois frères et une soeur au sein d'une famille joyeuse et aimante. Avec la guerre, le cocon familial part
en éclats. Séparée de ses parents, Théodora trouve refuge auprès de la Croix-Rouge. Petite fille, elle
subit les bombardements, la peur, la détresse… mais reste néanmoins une personne à l'esprit vif, optimiste et
ouvert. Par chance, la famille est à nouveau réunie après la guerre. Plus tard, Théodora étudie le piano et le
chant au conservatoire. À 32 ans, elle fait la connaissance de son mari, Jan Poulie. Ce dernier dirige une entreprise d'import-export de bois précieux. Théodora travaille à ses côtés. 

La première docteure Rêves 

Deux fils naissent de ce mariage : Jan et André. Entourés d'amour, les deux frères jouissent d'une enfance
heureuse et insouciante. À l'âge de 10 ans, André se blesse avec une tondeuse à gazon et doit passer  plusieurs mois à l'hôpital. En l’espace de 2 ans, il reste presque 6 mois alité et subit 14 opérations. C’est une période difficile pour le jeune garçon.

Les histoires, les chansons et la bonne humeur de Théodora donnent des couleurs au quotidien du jeune André.

La douleur est omniprésente, mais c’est la séparation avec sa famille et ses amis qui est le plus dur à supporter. Heureusement, sa mère Théodora lui rend visite chaque jour. Les histoires, les chansons et la bonne humeur de Thédora donnent des couleurs à son quotidien et à celui de ses compagnons de chambrée. Encore aujourd’hui, c’est ce qu’il retient de ces longs mois de convalescence.

Hommage à une mère courage

Huit ans plus tard, Théodora doit faire face au décès de son époux. Femme pleine de courage, elle
reste à ses côtés jusqu’à la fin et aide ses fils à surmonter cette douloureuse épreuve. Bien des années
après, Théodora perd à son tour sa bataille contre le cancer, non sans avoir combattu la maladie avec bravoure et optimisme. En mémoire de leurs parents, André et Jan créent quelques mois plus tard une fondation afin d’offrir aux enfants hospitalisés les mêmes instants de rire et d’évasion dont avait bénéficié le jeune André sur son lit d’hôpital : la Fondation Théodora.

Théodora Poulie au piano: la musique et le chant étaient une source de joie pour Théodora et ceux qui la côtoyaient.
La musique et le chant étaient une source de joie pour Théodora et ceux qui la côtoyaient.